jeudi 28 novembre 2013

L'abandon du mâle en milieu hostile / Avis


  Ce livre m'a plu car il était vraiment spécial et très différent des livres que je lis d'habitude.
Le narrateur est interne et est l'un des personnages principaux ; il écrit en fait un journal "intime" où il s'adresse à sa petite amie disparue. 

Ce qui est drôle, c'est qu'on connaît tout de la vie des personnages, tout, sauf leurs prénoms, et on ne s'en rend compte qu'à la fin, parce qu'on est tellement plongé dedans qu'on ne le remarque pas. Le début de la lecture est plutôt ennuyeux mais une fois qu'on comprend, on s'imprègne bien de l'histoire.
J'ai apprécié
sa façon de détailler ses sentiments amoureux, c'est plutôt "mignon", bien que trop exagéré, ou bien c'est que le garçon était vraiment très amoureux
.
De plus, je n'ai pas apprécié quand il détaillait leurs activités sexuelles, c'est peu trop osé pour notre âge.

   Le garçon était très naïf et nombriliste étant jeune, et cette fille (avec qui par la suite il s'est marié) l'a aidé à découvrir la vie, et j'ai vraiment apprécié ça.
Quand ce garçon était "dépressif" après la mort de celle-ci, il s'est créé un ami imaginaire : sa bouteille d'alcool.

Une petite remarque : le titre est écrit en vert, et au début de l'histoire (c'est à dire lorsqu'ils étaient encore adolescents, lycéens) la fille (second personnage principal) avait les cheveux verts.
J'ai trouvé que son caractère (tout au long de l'histoire) était intéressant, différent, hors-norme. 

  En conclusion, ce livre m'a plu pour son style plutôt désordonné après la mort de sa femme, et sa tristesse. Ce livre ne m'a pas déçu et fera maintenant partie de mes livres préférés.


                                              d.t.


Les fuyants

J'ai bien aimé ce livre parce qu'il parle de la routine de plusieurs personnes qui font partie de la même famille. Elles se nomment : Jacob (le grand-père), David (le père qui est décédé, mais dont on raconte aussi la vie dans certains passages), Simon (l'oncle, le frère de la mère de Joseph) et Joseph (le fils de David qui cherche son père qui est malheureusement mort, mais ça il ne le sait pas).
Bien qu'on ait du mal à comprendre de qui on parle dans certains passages (car les personnages changent toutes les 3-4 pages), j'ai trouvé l'histoire intéressante. Ce livre est assez fluide à lire, il est bien écrit et la façon dont le livre est constitué est originale (les personnages parlent chacun leur tour de manière désordonnée). Malheureusement la fin reste trop en suspens et on n'arrive pas vraiment à deviner comment se termine l'histoire. Joseph apprend-il la mort de son père ? Retrouve-t-il son grand-père ?

Evelyne Yontchev

Ouessantines

J'ai apprécié Ouessantines par son histoire très réaliste, car on se croit sur les lieux (l'île de Ouessant) et on avale les pages pour connaître la suite.
Les dessins sont simples mais très colorés et agréables à regarder. J'aime bien le personnage de Soizic qui est le personnage principal de l'histoire, car elle fait preuve d'audace et réussit à comprendre pourquoi Marie s'est suicidée. Elle est considérée comme une étrangère car elle arrive sur l'île pour ouvrir une chambre d’hôtes. La seule personne qui lui parle est Marie, une veille dame qui va mourir et laisser sa maison à Soizic ce qui va lui attirer beaucoup d'ennuis et d’ennemis. Malgré tout ça elle arrive à s’intégrer et à fonder une famille.


Volodia Szabat

L'abandon du mâle en milieu hostile

Ce livre était très bien, j'ai aimé l'histoire . Mais j'ai été déçue par la fin, j'aurais vraiment aimé en savoir plus sur la vie du personnage principal  à la fin du roman. On sait qu'il va se passer quelque chose lorsqu'il dit " il va bien falloir que j'en parle " on se doute un peu du dénouement mais on ne veut pas y croire et la manière dont l’héroïne meurt est très surprenante. Après sa mort , dans le récit on ressent la douleur qu'il éprouve , on dirait qu'il lui écrit une lettre pour lui dire que ce qu'est devenue sa vie sans elle. Je suis heureuse qu' à la fin il retrouve goût à la vie. Pour finir, j'ai également apprécié l'humour de l'histoire à travers les répliques du personnage féminin !

Sandy Picavet

Sang Noir

Ce livre m'a plu car il raconte une histoire vraie : comment la catastrophe de Courrières est arrivée.
L'histoire est triste mais nous apprend beaucoup de choses sur les conditions de travail des mineurs du siècle dernier et à quel point les rescapés ont souffert pour pouvoir sortir vivants de la mine (ils sont allés jusqu'à boire leur urine).
Les personnages représentent bien les mineurs de cette époque et leurs conditions de vie.
L'aspect bande-dessiné permet de mieux comprendre l'histoire car l'on peut voir en image ce qui s'est passé dans la mine, c'est à dire que l'on peut voir la mine délabrée et les centaines de cadavres des mineurs. L'aspect visuel est très important dans ce genre d'histoire.
Je trouve que c'est un bon livre.

Emmanuel Salvatore.

jeudi 21 novembre 2013

L'ombre douce

J'ai aimé le livre d'une part pour l'histoire d'amour entre Mai et Yann que j'ai trouvé très touchante et d'autre part pour l'histoire de Mai : sa vie après la mort de sa mère, son refus d'obéir au mariage forcé organisé par son père... La fin m'a rendue triste parce que même si au fil de la lecture on s'y attend, cela donne une impression d'inachevé... Leur chagrin nous touche ainsi que la détresse, on s'attache aux personnages. Néanmoins le fait que les dialogues ne soient pas assez marqués m'a un peu troublée dans la compréhension du roman. La fin de l'histoire m'a un peu fait penser à celle de Roméo et Juliette parce qu'ils subissent tous les deux une fin tragique à cause d'un "contre-temps". Le contexte de guerre est tout de même présent mais ce qui m'a vraiment passionnée dans l'histoire c'est définitivement leur histoire d'amour, parce que même loin l'un de l'autre, malgré le contexte de guerre et tout ce qui pourrait les opposer c'est leur amour qui leur permet de continuer à avancer. Même si ce  n'est pas cela qui les sauvera.

Ludivine Van De Walle

Les noeuds d'acier de Sandrine Collette.

J'ai lu Nœuds d'acier de Sandrine Collette, c'est son premier roman.
Elle est née en 1970. De nationalité Française, elle partage sa vie entre l'université de Nanterre et son élevage de chevaux dans le Morvan. Elle est docteur en science politique et grâce à son livre, elle a gagné le grand prix de littérature policière 2013.

 

                        Mon avis personnel

Le livre est intéressant. Il y a beaucoup de suspense, on se demande "Théo, va-t-il survivre ? ". Cela m'a beaucoup plu. Le fait que Théo essaye de survivre nous met dans la situation du personnage : "Qu'est-ce qu'on ferait nous ?". Les choses qui m'ont déplu sont le style d'écriture et le début de l'histoire, irréaliste : c'est un peu l'homme qui n'a pas de chance, il sort tout juste de prison et il se fait kidnapper. Pour l'écriture, ce qui me dérange c'est le fait que de temps en temps, on décroche. Il y a plein de paragraphes relatant ses pensées sur sa vie d'avant, c'est assez long. C'est grâce aux scènes d'actions qu'on continue de lire l'histoire. La violence dans le livre ne m'a pas dérangée, on en a besoin dans l'histoire pour qu'elle soit réaliste, car se faire kidnapper n'est pas une aventure où tout est rose.

Lydie Noble, 15 ans.